Logo Perreuil

GUIDE
« VOS DROITS ET DÉMARCHES »
POUR LES PARTICULIERS

Accueil particuliers / Famille / Séparation des parents / Doit-on encore verser une pension alimentaire à un enfant devenu majeur ?

Doit-on encore verser une pension alimentaire à un enfant devenu majeur ?

Les parents ont l’obligation de nourrir, vêtir, loger et élever leur enfant, même majeur, s’il n’est pas en mesure de subvenir lui-même à ses besoins. Le montant de cette aide varie en fonction des ressources du parent qui la verse et des besoins de l’enfant (étudiant, sans emploi, majeur protégé ou en situation de handicap)..

**Vidéo : ce qu'il faut savoir sur le sujet**

Pension fixée lors de la séparation ou du divorce

La pension attribuée à l’ex-conjoint peut être versée directement à l’enfant quand celui-ci devient majeur. Pour ce faire, il est nécessaire de saisir le juge aux affaires familiales (Jaf), à l’aide du formulaire cerfa n°11530.

Tribunal judiciaire ou de proximité

Ainsi, un nouveau jugement va prévoir que la pension alimentaire sera versée directement à l’enfant (en tout ou partie).

Autre cas (obligation alimentaire)

En quoi consiste l’obligation alimentaire ?

Cette obligation de versement de somme d’argent doit permettre à l’enfant majeur, qui ne peut pas subvenir à ses besoins, de manger, de se loger, de s’habiller. On parle d' «obligation alimentaire» .

La pension versée, à ce titre, comprend tout ce qui est nécessaire à la vie de l’enfant au quotidien mais aussi aux soins liés à son état de santé (maladie mentale, handicap physique…​).

L’obligation alimentaire peut être délivrée en nature (par exemple : hébergement gratuit, nourriture) ou prendre la forme d’une pension versée en espèces (en argent).

Qui assume cette obligation ?

Cette obligation est assumée par les 2 parents selon les ressources et les charges de chacun.

Les parents peuvent convenir, d’un commun accord, de fixer la forme et les conditions de réalisation de cette obligation alimentaire. Il est cependant recommandé de rédiger une convention, de la dater et de la signer.

Le juge aux affaires familiales (Jaf) peut également être saisi par l’un des parents ou par l’enfant majeur. La demande s’effectue au moyen du formulaire cerfa n°11530.

Tribunal judiciaire ou de proximité

Le parent qui ne respecte pas cette obligation peut y être contraint par décision de justice.

Seuls les parents qui apportent la preuve qu’ils sont dans l’incapacité de respecter cette obligation alimentaire pourront se voir dispensés de cette obligation. Il peut s’agir des parents bénéficiaires du revenu de solidarité active (RSA).

Conséquences du non-respect de l’obligation

Sanctions

Le non-respect de l’obligation alimentaire constitue un délit d’abandon de famille.

Ce délit est passible de peines pouvant aller jusqu’à 2 ans d’emprisonnement et 15 000 € d’amende.

Celui qui ne reçoit pas l’aide doit adresser une lettre au procureur de la République du tribunal dont dépend le domicile d’un des 2 parents ou de l’enfant.

Tribunal judiciaire ou de proximité

Recours d’un tiers ayant satisfait aux besoins de l’enfant

En cas de non-versement de l’aide par un parent, le tiers qui a survenu aux besoins de l’enfant peut se retourner contre le parent.

Ce tiers est le plus souvent :

  • les services du département pour le recouvrement des sommes dues à l’aide sociale,

  • les établissements publics de santé pour le recouvrement des frais d’hospitalisation.

Il doit adresser une lettre au procureur de la République du tribunal dont dépend le domicile du parent qui devait procéder au versement ou de celui de l’enfant. Une procédure amiable doit préalablement être tentée.

Direction de l’information légale et administrative

24/06/2021

Questions / réponses

Où s’adresser

Préparer votre démarche à l’aide de formulaires

Définitons

Tiers (procédure judiciaire) : Personne étrangère à une affaire judiciaire

Majeur protégé : Personne placée sous un régime de tutelle, de curatelle ou de sauvegarde de justice par un juge du fait de son état physique ou mental (maladie, handicap, paralysie, troubles psychiatriques, etc.)

Délit : Infraction jugée par le tribunal correctionnel et punie principalement d’une amende et/ou d’une peine d’emprisonnement inférieure à 10 ans

Procureur de la République : Magistrat à la tête du parquet (ou ministère public). Il est destinataire des plaintes et signalements. Il dirige les enquêtes, décide des poursuites et veille à l’application de la loi.

Références